et la grande  fatigue vint ......

...comment  avons nous  fait  pour  en  arriver  là ..........avec  cette fièvre  qui  coule  toujours  de  nos  âmes ......comment  avons  nous fait  pour  désirer  si peu.......

      ......pour  ne  plus  que  regarder  .......ne  plus  bouger  que  pour  survivre......comment  avons  nous  fait  pour  en  arriver  là .....avec cette  tentative  de haine ....

           ....Maya....jeu magique...l'envers du décor est terrible....il est difficile de bien jouer dans le rôle....Maya...la terre suinte la vie que l'on a effacée...tu voulais voir....

                                          ... ..comment avons nous fait pour en arriver là.....

                                                                          ....... et puis encore ,  encore, cette étincelle de vie qui se réveille par la magie d'un regard .....

              .......cette montée en puissance d'une force primale qui renaît toujours......

                             ....cette odeur de terre humide , ce vent , cette lueur au loin...déjà si proche....la vie....pour une éternité de destruction ! et puis encore, encore.....

                  .....pardon pour ce sourire  triste ......le temps  le temps.....aurons-nous encore le temps cette fois......même dans l'oubli nous nous chercherons.....

                                                                                                                                                                                              2007/2008  jphil    humain                                                                                                               

                 

 quelque part  mais qu'importe ...

     les voici les torrents de plasma

     régénérant  nos terres                            

     les arbres vont fleurir                       >>      les bouches d'abdomen

     en bourgeons délicats                                 exhalent l'encens

     comme des seins de femme                          fruit aux saveurs humides                                  >>   après l'esprit

                                                                          diluant les boules nerveuses                                       viendra le corps

                                                                           la chair à cette heure                                                 on a retrouvé le cadavre

                                                                           chuchote une continuité possible                             de celui qui n'existait pas

                                                                                                                                                                                                                        j-phil (wolf trap)

 

              la poésie......et ce putain d'espoir indestructible

                                                                                                      drogue de survie de l'espèce

                           il est temps de parler ...même s'il se fait tard ...se taire est coupable....car les autres en profitent pour parler ...

                                                   mais il  faut faire attention le délit d'opinion est revenu......

                                                                                                                                             

 
 

        la peur

 

 

  pour Laika et tous les autres  

   animaux,morts dans l'espace

 

   épave

lentement la pluie coule

goutte à goutte d'amertume

un coeur tinte au miroir sombre

l'ennui erre au raz du sol

lentement la pluie coule

 

doucement la pluie coule

le hublot cotonné de buée épaisse

se fige en oeil sans pupille

morne bouchon d'un sarcophage

doucement la pluie coule        >>>

 
 
 
 

>> calmement la pluie coule

   deux lèvres s'abouchent au mamelon sanglant

   elles s'abreuvent à longs traits

   d'un jus de pus sucré

   calmement la pluie coule

 

  rageusement la pluie coule

  le sang  jaillit à gros bouillon 

  de la morsure pendante

  il est trop tard

  la tête tombe

  rageusement la pluie coule

 

 

 

                                                             

                   et cette PEUR......

Celà commence par une petite indisposition,puis la sueur....

Beaucoup de sueur ....

Accélération,décélération cardiaque,les tremblements,les tics,l'autopunition..

tout devient très vite insupportable,les sons,les couleurs,les odeurs,les lieux clos....

Et puis la dernière certitude craque

Le vide     seule la peur est là     pour rien sans raisons

La vieille peur imprégnée dans chaque cellule,la peur ancestrale venue du fond des temps..

La peur patiemment accumulée par des générations de tarés,de refoulés,de sacrifiés.....

Les sensitifs l'on déjà détectée

Pour les autres sera beaucoup  plus long

N'ayez crainte tout sera prêt  pour la  GRANDE PEUR

.......

Pliez dans vos carlingues.....il ne vous restera que les drogues pour ne pas     devenir  pierre...

         avec tous

 

                mes voeux

 

                      de bonheur

 

 

 

                                           jphil

.

 

un peu

rayon de lune  rayon de soleil

mon petit coeur aquatique

que ce fût long pour te trouver

dans ce nid de sang chaud

toi que j'ai connu autrefois

dans ce souffle palpitant

comme un oisillon fébrile

d'une aube trop glaciale

frêle de vie   frêle de mort

 

ceci est inconnu............

               j-phil

 

ce n'est rien

et puis reviens la force de vivre

quelle saloperie de vivre sans toi

belle punition pour ce singe qui s'accommode de tout

je n'avais pas encore assez maigri

pour comprendre l'incompréhensible

pas suffisamment de convulsions    de rêves noirs

mais j'avais une petite compensation...........la haine

.........un peu d'amour encore

 

                    j-phil

   

A propos d'un singe savant

Toujours cette route et sa chevelure végétale

Ou nul ne peu s'arrêter

Des hordes de villageois guettent

La moindre glissade énergétique

.....au-delà des fosses pour inadapté

Loin des viandes boursouflées

Et leur goût sordide de chair couverte de soie

Loin des peaux parcheminées percées de dagues

Des planètes gavées de sang mouillé

.....petit lutin ta tête se bouffe

Chaque perçure façonne un cortège de pourriture

Situation difficile les rats sont déjà là

Avec leur fourrure couverte de boulettes

Ils vivent dans vos ventres et vos têtes     >>

 

 

>>

Ne mordant qu'à coup sûr

Et l'enfer des dégradations

Des poches et des tumeurs pleines de vie liquide

Et ce fouillis mental qui s'accommode de tout

Ne jamais avoir peur   même le corps coupé en deux

Grande promenade chez les civilisés et leurs usines à tuer

Bien bonne conscience de pou savant aux orifices pasteurisés

La grande apothéose carnaval du grand progrès pompe à vélo

Ca pue   cela à toujours pué

Cette lune nous donnera peut-être encore des géants

Les porteurs de gênes sont déjà là

En attendant mangez votre soupe

Tic  tac  tic  tac

La bombe est à grand retardement

   j-phil   (publié dans la revue Plasma  7 /1994)                              

 

                                                                                                                       PAGE SUIVANTE  >>>